10 octobre
L’enchaînement des classiques Italiennes

L’enchaînement des classiques Italiennes

De retour d’Italie où j’ai pris part à quatre des cinq classiques automnales, je vous raconte cette campagne qui a rythmé ma fin de saison, quelques mois après notre beau Giro.

 

 

Tout a commencé par le premier week-end : Tour d’Emilie et GP Beghelli. En Emilie, on a voulu prendre la course en main rapidement. J’ai été mis à contribution pour rouler derrière l’échappée, que l’on a reprise à l’amorce du circuit final. Tout s’est bien passé. Thibaut Pinot a été acteur dans les derniers kilomètres, il commence par un top 10. C’était l’objectif : monter en pression autour de lui, et donc bien commencer. On a alors vu que les hommes-clé de notre collectif étaient David Gaudu, Sébastien Reichenbach et Rudy Molard. De quoi être ambitieux pour la suite. Le lendemain, le Beghelli était une course plus ouverte, avec une bosse qui étirait le peloton sans faire la différence. On était un peu fatigués de la veille, on est tous arrivés dans le peloton et on s’est vite projetés sur la suite.

 

Le mardi, c’était les Trois Vallées Varésines. La course à laquelle je n’ai pas pris part. Ce jour-là Thibaut Pinot termine 2e derrière Alexandre Geniez et devant Vincenzo Nibali. Mais on perd Sébastien Reichenbach qui se casse le coude. Une pièce importante en moins, dommage. Arrive alors Milan-Turin où je roule toute la journée pour maitriser un groupe de cinq coureurs. Thibaut se sentait en jambes pour s’exprimer sur la double montée du Superga. Il termine 8e et un peu déçu. En revanche David Gaudu est 5e. Il efface sa déception du Tour d’Emilie, sur lequel il pensait faire mieux, et se rassure pour la suite.

 

La suite c’est bien sûr le Tour de Lombardie. On fait une très belle course collective. J’ai fait preuve de vigilance durant la première heure, ma mission était d’accompagner les coups, de filtrer. Le but, c’était de ne pas avoir à rouler seuls toute la journée derrière un gros groupe. On a réussi à bien goupiller les choses jusqu’à l’enchaînement Ghisallo-Sormano où malgré l’absence de Seb, on avait Rudy, David et Anthony Roux avec Thibaut. Qui a mis le feu dans l’avant-dernière bosse, le Civiglio, pour se retrouver seul en tête avec Nibali. Il a bien tenté le coup même s’il n’a pas pu le suivre dans la descente. Il a joué le tout pour le tout, et finit 5e en ayant vraiment pu croire en la gagne. 

 

Vraiment, Thibaut a assuré sur ces quelques jours en Italie, et ça a été comme à chaque fois de très bons moments. Il avait choisi après sa coupure aoûtienne de faire ces classiques. Sa victoire au Tour de l’Ain l’avait rassuré après son abandon sur le Tour de France. Il avait pu se reposer physiquement et mentalement et allait pouvoir s’orienter vers un nouveau défi. Il s’est alors mis en mode « classiques » et nous avec, à la recherche d’un pic de forme de fin de saison que nous avons su aller chercher. Ca a tiré tout le monde vers le haut et de façon très naturelle, sans avoir à se dire les choses. Dès que Thibaut a eu en tête le Lombardie, on a tous été sur la même longueur d’onde, motivés et concernés par ce rendez-vous et son approche. Encore la confirmation que nous formons un groupe solide et soudé !

 

A présent il ne me reste plus qu’à courir le Trophée Handisport à Montlouis samedi et le Chrono des Nations aux Herbiers dimanche ! J’espère vous y retrouver nombreux !

Commentaires  

#1 poupou&junior 11-10-2017 17:13
Salut jerem
C'est avec grand plaisir que nous
Serons la pour t'encourage' tout au long du parcour,a l occasion de cette competition .

A tres bientot

eli/jl/junior
Citer
#2 XS 28-10-2017 18:11
Bonjour Jeremy,

Le Podium des 3 Vallées Varesines:
http://www.steephill.tv/players/720/pmg-sport/?title=Podium+Ceremony+from+Tre+Valli+Varesine&dashboard=2017/uci-world-calendar&id=666d7267-8f78-4425-87c8-2f5c3b35f72e&yr=2017

3 coureurs à panache, chacun dans leur style. Alexandre Geniez a eu beaucoup de réussite ce jour-là, ce qui ne lui est par toujours arrivé.
Et un public de connaisseurs?

Bonne coupure bien méritée à toute l'équipe.
Jeremy, pouvez-vous nous raconter le quotidien des coureurs pendant cette période? Est-ce que un stage de ski en haute montagne est de l'ordre du possible (vie du groupe, altitude, agilité dans les descentes, endurance si montée à peaux de phoque, etc) ou au contraire est-ce interdit par les assurances professionnelles?
Citer

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

-----