La cérémonie des prix #22

Posted by

Jérémy Roy, sélectionné comme super-combatif du Tour de France, est déjà prêt à monter sur le podium à Paris. Moins pour la cérémonie qui aura lieu à l’Élysée.

\Est-ce que c’est toujours une journée difficile qui se termine par une coupe de champagne? Deux vélos de contre-la-montre, ceux de Sandy Casar et d’Anthony Roux, ont été dérobés vendredi soir dans le camion de l’équipe qui était descendu de Paris. Le trajet de notre hôtel à l’Alpe d’Huez à Grenoble a été un véritable cauchemar sur la route, entre le cauchemar des départs en vacances et la saturation du périphérique à l’heure de pointe : nous avons mis environ deux heures à parcourir 35 km, bloqués au milieu des voitures de supporters et des camping-cars qui avaient passé la nuit dans l’Alpe.
Même la garde républicaine est arrivée un peu tard pour nous aider à sortir des embouteillages. Avant même d’entamer le voyage à vélo, tout le monde était anxieux, avec la palme pour Anthony Roux qui n’est arrivé à Grenoble que 20 minutes avant de partir. Parfois, on hésite à s’échauffer lors de la troisième semaine du Tour de France : il n’a même pas eu à se demander.

Déçu de ma position au classement (27e), je suis rentré à l’hôtel pour visionner la remise des prix à la télévision et le stress s’est accru soudainement lorsque l’on a évoqué le super-combatif. Lorsque j’entends mon nom, je suis enthousiasmé et légèrement soulagé. Je ne vais pas jouer le rôle de l’homme surpris qui n’y avait pas pensé. J’avais également été informé des rumeurs selon lesquelles Thomas Voeckler ou Johnny Hoogerland étaient parmi les autres « candidats ». C’est devenu un but au fur et à mesure que j’avanceais dans les jours. J’ai pris mon lot d’évasions, loin d’être commerciales, car deux d’entre elles se terminent à Lourdes et à Gap.
J’ai essayé de me déplacer loin dans les Pyrénées en utilisant mes compétences. Ce prix constitue une sorte de récompense pour mon style de course et celui de la FDJ, étant donné que je reste sans victoire d’étape. Pendant trois semaines, nous avons été à l’offensive, nous avons été dans l’échappée tous les jours ou presque, et nous avons tenté de tirer le meilleur parti de nos ressources. Nous n’avons pas remporté de victoire, mais nous avons eu du champagne à boire.

J’apprécie cette récompense, j’en suis fier et il y a encore plus de plaisir que d’arriver à Paris : monter sur le podium à l’arrivée sur les Champs-Élysées. Je me suis déjà rasé pour être plus léger lors de ma montée à l’Alpe d’Huez… je vais repasser devant le miroir pour me rendre plus beau. Je souhaite rendre hommage à ce prix de super-combatif en réalisant une attaque parfaite sur les Champs : une accélération intense et rapide sous la flamme rouge et un défi relevé face aux équipes de sprinteurs sur la ligne. Il est probable que HTC ait une version différente de l’histoire pour Cavendish.
À la suite du podium protocolaire, le président Nicolas Sarkozy convie tous les coureurs français à l’Elysée. Le costume pour la cérémonie me manque simplement : je ne l’avais pas prévu dans ma valise. Après avoir passé un quart d’heure à briller sur le podium, je me positionnerai au deuxième rang de la photo afin de ne pas être signalé. Les Champs sont ce qui fait le plus patienter. « Dimanche matin, je vais penser à l’Élysée en me rasant devant ma glace! »